Nadine Touzeau : l'humanoïde détrônera-t-il l'Homme !

Quoi de plus agréable que d'avoir une aide qui nous comprend parfois mieux que nous-même ! Quoi de plus agréable que de rentrer chez soi en ayant presque tout de préparé !

Qui ne rêve pas de son partenaire idéal à ne pas recruter, programmé pour ses besoins personnels, jamais en grève, sans contrainte salariale, peut être juste quelque panne de-ci et de-là !

C'est cela notre aide de demain : le robot adapté à nos besoins. Et qui s'en plaindrait !

L'arrivée de cet humanoïde dans notre foyer et vie n'est pas sans incidences. Outre la sécurité cyber, l'intégration sociale, juridique et humaine, que deviendra notre propre comportement au regard de cela !

Si on s'inquiète que l'Homme disparaisse, cela n'est pas par hasard et l'Intelligence Artificielle ouvre le débat. Pour autant, que comprend-t-on de l'Homme face à cette situation ! Perdre son emploi ? Etre remplacé par un robot ? Etre dirigé par un robot ? Se retrouver manager par un robot ? Perdre du pouvoir face à un robot !

C'est ce qui ressort des différents articles sur le sujet sans parler de l'Homme en soit, ce qui le constitue, comment il va intégrer cet humanoïde dans sa première zone de confort et ce que cela va changer concrètement dans son comportement de tous les jours.

Se laisser assisté entrave la capacité d'autonomie et de survie. Le fait de se reposer sur quelqu'un ou quelque chose, d'y être habitué même, sécurise et ne développe pas les défenses, les réflexes. Un vent de panique s'installe si le robot tombe en panne, et, sauf à avoir des souvenirs d'un vécu sans robot à une autre époque, l'incapacité à gérer la situation prendra le dessus. Si le robot vous attaque par des « ordres » reçus dans son système, cela ne sera pas perçu par l'Homme qui vit avec comme une attaque dans un premier temps. On pourrait même considérer que le robot a un comportement inhabituel, tel un être humain qui change d'humeur suite à un stress par exemple.

Nous nous adapterons à ces nouveaux compagnons à s'en reposer dessus. Ils seront considérés tels des assistants, collaborateurs, voire frères, amis ou amants ! Bien qu'ils se rapprochent de nous dans leur conception, ils ne peuvent intégrer tous les « composants » qui nous caractérisent tant dans notre conception que dans nos attitudes, émotions, réflexions, mémoires, etc.

Le robot pris comme une délégation de ses tâches pourrait-il aussi recevoir une délégation d'émotion, de sentiment, qui lui permettrait de se synchroniser avec l'Homme tout en le devenant petit à petit. Ce qui sous-entend que l'Homme et le robot n'auront que peu de différence entre eux d'autant que la synchronisation permet de laisser de côté voire faire disparaître des composantes de ce qui fait l'Homme. Un exemple qui se voit dans les couples depuis la nuit des temps, l'homme accepte de ne plus aller voir ses amis de temps à autre le soir pour prendre un verre, la femme accepte de ne plus passer des heures avec sa mère au téléphone, etc. Cela oblige à des modifications comportementales pas toujours acceptées par la personne, mais qui parfois peuvent disparaître, même si on y tenait! Autre exemple, comment intégrer une entreprise si vous n'en appliquez pas sa culture et politique. Le clonage des entreprises est la parfaite illustration de la synchronisation de notre comportement à une charte, une obligation, autrui.

Si le robot prend tout ou parti de ce que nous sommes dans notre quotidien, va-t-il nous supplanter jusqu'à nous oter des comportements, sans forcément en créer d'autres puisqu'il y a assistanat.

L'humain mute de plus en plus face à cette génération intelligente artificiellement sans pour autant améliorer l'humain dans son développement personnel, intellectuel, émotionnel... Le robot tend à devenir humain et prend quant à lui de plus en plus de comportement ressemblant à l'Homme. Ainsi que je l'ai déjà écrit, je crains que l'humanoïde robot devenant quasi identique dans le comportement de l'Homme sans que l'Homme ne s'améliore ne détruise l'Homme.

vie personnelle vie professionnelle cybersécurité netprofiling Nadine Touzeau

×