Nadine Touzeau : notre comportement se modifie entre le réel et le virtuel !

De nombreuses personnes sont surprises lorsque Nadine TOUZEAU défend la différence comportementale et psychologique entre le réel et le virtuel. C’est un postulat qui n’est qu’aux prémices de la recherche sur ce sujet.

Le virtuel a souvent été considéré comme une transposition comportementale de notre vie quotidienne. Une mesure des plus connues est le mail. Le mail est devenu le moyen idéal pour ne pas se déplacer et même mieux oublier des politesses d’usage. Alors qu’il ne s’agit que d’un moyen de communication d’aide, le mail a transposé l’échange verbal auditif ou physique, avec toutes les incidences connues qui en résultent.

La virtualisation a considérablement modifié notre comportement qui se trouve derrière un clavier dans un environnement caché, libre, débridé, qui autorise à oser… presque tout ! Selon les profils, tout peut se faire dans ce monde virtuel sans loi ni frontières. De fait, il est plus accessible d’agir sur le web ce qu’on ne peut accomplir dans le monde réel.

Cela change considérablement la compréhension de l’humain et de fait doit remettre en cause notre propre comportement dans le virtuel. Il ne faut pas sous-estimer le comportement des personnes qui se cachent derrière l’écran surtout des profils malveillants qui se transforment en justiciers, bourreaux, harceleurs, bandits, voyeurs, menteurs, escrocs, diffamateurs, …  ! Il est plus facile de réaliser ses rêves dans le virtuel par ce qu’en quelques clics cela peut s’accomplir avec un ressenti de satisfaction. Alors que dans la réalité, la confrontation pèse, provoque parfois même l’évitement, de la peur, du stress face à la nouveauté ou a un arrière-gout de déjà vu.

Une des incidences mesurables de ces facilités est la forte croissance du célibat qui se terre derrière un site web de rencontre en ayant de nombreuses difficultés pour franchir le cap de sortir du virtuel et rencontrer la personne, ou, en usant de la facilité des rencontres en un clic à ne plus vouloir se positionner. La rencontre physique est souvent décalée avec l’image véhiculée dans le virtuel.

Mais ce qui nous fait nous comporter dans le virtuel plus librement que dans le réel est cette liberté, ce désir d’inachevé et d’oser réaliser ce qui semble impossible dans le réel. Alors une fois dans le réel ce comportement virtuel peut se reproduire, persister et mettre en décalage la personne avec la réalité.

Dans le monde économique c’est fortement véhiculé. Par exemple, on reproduit sur le net son marketing sans prendre conscience que le marketing sur le net se véhicule autrement que dans le monde réel. Cela peut tomber dans les mains de n’importe qui sachant que l’interprétation en fera des incidences qui aboutiront à des arnaques au Président par exemple. Ce que l’entreprise trouvera de « super vendeur » sera en fait un appât pour un cybercriminel.

Nadine TOUZEAU

Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Nadine Touzeau

×