Peut-on développer notre intelligence émotionnelle ?

Si on se base sur les travaux de Salovey et Mayer, géniteurs de l’intelligence émotionnelle, leur définition est, je cite : « une forme d’intelligence qui suppose la capacité à contrôler ses sentiments et émotions et ceux des autres, à faire la distinction entre eux et à utiliser cette information pour orienter ses pensées et ses gestes. »

 

Pour reformuler, un développement de son pouvoir émotionnel par une prise de conscience personnelle à des fins de l’utiliser pour et contre d’autres personnes.

Concrètement, développer quoique ce soit en soi n’a rien d’extraordinaire et le fait de découvrir que les émotions ont une intelligence qui autorise qu’on en développe son potentiel, n’est pas exceptionnel. Le cerveau est puissant, mystérieux et n’a pas livré tous ses secrets !

L’intelligence émotionnelle se développe en commençant par se connaitre soit : qui sommes-nous et quel est notre potentiel ? Vers quel objectif tend-on et pour quelles raisons ?

Si l’idée est de mieux se connaitre, développer son savoir, potentiel, connaissance en en maitrisant plus ou moins ses émotions et l’impact de nos actes, ce n’est que louable. Si en revanche c’est dans un but de déjouer les émotions d’autrui, nous tombons dans la manipulation !

Ceci étant, je doute fort qu’une personne non influençable tombe dans ce genre de piège du fait qu’elle aura le potentiel de « maitriser » ses émotions. Elle pourrait douter, mais très probablement pas flancher.

Enfin, en profilage, le corps ne mentant jamais, on décèlera la faille qui révèlera une maitrise comportementale à des fins de déjouer ou cacher quelque chose.

Bien connaitre son potentiel émotif et le révéler autorisera à autrui de développer ses performances mais surtout d’en découvrir d’autres. Il faut veiller à les déceler et les mettre à jour elles aussi. En revanche, que cela serve pour soi et mieux comprendre aussi autrui.

Enfin, intégrer cette intelligence pour équilibrer le potentiel humain est une évidence : si on se base sur les travaux d’Howard Gardner, il a recoupé nos milliers d’intelligence en 8 familles intégrant les émotions sur plusieurs d’entre elles. Si en plus on intègre la neuvième que j’ai créé et proposé, soit l’intelligence virtuelle, je pense que l’humain sera considéré à son plus juste niveau intellectuel.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

ACFE USA Member

Membre ASIS France

Membre CEFCYS

 

Nadine Touzeau netprofiling